Message de bienvenue

Bienvenue sur le blog des étudiants en IIIe année LEA - Français-Anglais-Allemand (2017-2018, 2016-2017, et 2015-2016) et des étudiants en IIe année de Mastère - Théorie et pratique de la traduction et de l'intérprétation. Langue française (2016-2017) de l'Université "Lucian Blaga" de Sibiu, Faculté de Lettres et Arts ! Ce blog a été créé en octobre 2015, à l'initiative de Dumitra Baron, titulaire du cours de Traduction assistée par l'ordinateur, et se donne comme mission principale d'être une plateforme (terre) d'accueil pour les (futurs) traducteurs et spécialistes en communication multilingue. Tradterre provient également des noms des domaines que nous voulons couvrir: la traduction, la terminologie et la vision. Le blog accueille des ressources utiles pour le métier de traduction, des discussions que nous espérons fructueuses sur divers thèmes relatifs à la traduction et à ses défis.

lundi 11 décembre 2017

UN MALENTENDU D’INTERPRETATION






 Bonjour à tous,

Comme interprètes, nous rencontrons des problèmes de compréhension de la langue et de la prononciation.
Le malentendu est un désaccord entre des personnes, né d'une divergence d'interprétation, en particulier d'une mésentente sentimentale.
Deux natifs peuvent en effet s’opposer lors d’une conversation à la suite d’un malentendu. Il suffit d’une mauvaise qualité d’écoute ou de production, d’une erreur d’interprétation.
Les variations rythmiques, intonatives et kinésiques entre langue maternelle et langue cible peuvent faire obstacle à l’intercompréhension.  De même, les différences informulées dans la structuration du temps, de l’espace, des objets et des relations humaines sont souvent à l’origine de contre-sens, de malentendus dans les relations interculturelles.
On trouve un problème d’intercompréhension lorsque l’intention communicative du locuteur est en décalage avec sa réalisation. Supposons que le locuteur veuille dire jeune mais dise jaune, cela devient un malentendu si cette réalisation est comprise « autrement » par le récepteur qui poursuit l’interaction en fonction de sa propre interprétation.

En voici quelques exemples:

Bélise ( à la bonne). –Veux-tu toute ta vie offenser la grammaire?
Martine - Qui parle d’offenser grand-mère ni grand-père?
                                                   Molière, Les Femmes savantse,Acte II, scène 6, 1672

La professeur: C’est très bien! Tu l’as fait avec ou sans aide?
L’étudiante:  C’est qui Ed?

D'autres exemples se trouvent dans les images ci-dessus. 

Vous en avez d'autres exemples? J'attends vos  réponses.

J'espère que vous avez apprécié mon article. Bonne lecture!
                                                                                              
Sources:

1 commentaire:

  1. Très gentil et très intéressant ton article, Denisa, des informations très utiles ! Je considère qu'un traducteur doit être très prudent lors d'une traduction orale, afin d'éviter de tels malentendus. Il y a certainement une magie des mots.

    RépondreSupprimer